Je reçois de temps à autre des demandes de stage d’étudiants en graphisme, d’écoles diverses et variées (privées comme publiques, de Paris ou d’ailleurs) et de niveaux variés également (Bac Pro comme DSAA).

(D’ailleurs je vous raconte pas la fierté la première fois que j’en ai reçu une ! Mais bref.)

Malheureusement, en tant que freelance-de-25-ans-qui-bosse-chez-moi, je n’ai pas les moyens d’accueillir un(e) stagiaire, même avec toute la volonté du monde : pas assez de place ni assez de boulot pour deux !

Cela dit, je remarque souvent que les mêmes « défauts », ou plutôt erreurs de début de parcours, reviennent dans les mails de prospection, et ce quel que soit le niveau d’études de l’intéressé(e).

Petit tour d’horizon et mes petits conseils pour éviter les écueils donc (si vous avez d’autres points n’hésitez pas à les partager en commentaire !).

Recherche de stage : les bonnes pratiques

1. L’orthographe, l’évidence

Lorsque vous envoyez un e-mail à un potentiel futur employeur, ou même à n’importe qui d’ailleurs, par pitié, faites attentions aux fautes d’orthographes ! On ne le dira jamais assez, et j’ai l’impression d’énoncer quelque chose d’acquis en écrivant ça… Une faute de frappe ou un oubli, ça peut passer, et encore (on relit un mail avant de l’envoyer), mais des fautes de conjugaison à toutes les lignes, c’est vraiment à éviter.

2. La personnalisation

Rien de pire que de recevoir un mail « générique » qui a été envoyé à plusieurs destinataires en copie cachée. Ça ne donne pas du tout envie de lire le-dit mail, et encore moins de répondre.

Pour attirer l’œil et la sympathie de votre prospect, utilisez son nom/prénom si possible (si c’est une agence, une petite recherche sur LinkedIn pour avoir un contact direct ne fait pas de mal), montrez-lui que vous avez vu son travail, et que vous avez envie de faire un stage chez lui et personne d’autre (même si ce n’est pas forcément vrai hein, tant que le travail de la personne / de l’agence vous intéresse, c’est le principal).

3. Le duo book + CV

Combien de fois j’ai reçu un mail de demande de stage, voire d’alternance, ne dirigeant vers aucun site et n’ayant aucune pièce jointe !

Dans notre domaine qu’est le graphisme, la qualité et la pertinence du travail priment sur le renom de l’école dans laquelle on étudie. En clair, recevoir une demande de quelqu’un (même si ce quelqu’un est en BTS dans une des quatre plus « grandes » écoles de Paris que je ne citerai pas), sans book ni CV, c’est un peu comme, je ne sais pas, demander à louer un appart’ à une agence sans fournir de dossier de location. Un prospect a besoin de savoir qui est la personne qui s’adresse à lui, tout simplement pour se faire une idée générale avant une potentielle rencontre, un potentiel entretien.

Alors attention, pas besoin d’envoyer l’intégralité des travaux réalisés depuis le début de ses études. Simplement un PDF très simple et bien mis en page… Personnellement, je pense que deux types de book format PDF sont possibles :
• un book peu fourni (5-6 travaux) avec la promesse d’en voir plus lors d’un entretien (un avant-goût du travail de l’étudiant en somme, qui doit donner envie au potentiel employeur d’en voir plus et donc de vous contacter) ;
• un book au contraire plus complet qui montre l’étendue du savoir-faire de l’étudiant. Attention cependant, un étudiant a, par définition, encore des choses à apprendre, le prospect doit donc ressentir, en voyant le book, qu’il pourra transmettre de nouveaux savoirs-faire à l’étudiant (sinon c’est vexant ;p).

Si vous préférez envoyer l’adresse de votre book en ligne, aucun soucis, mais là-encore, attention à ce que ça ne vous desserve pas : si vous demandez un stage dans le web, n’ayez pas un site fait sur Wix ; si vous tenez un blog et que le prospect y a accès en cliquant sur le lien, vérifiez qu’il n’est pas parsemé de fautes et qu’il est un minimum professionnel… Bref, après, c’est du bon sens !

Pour le CV, par contre, je pense qu’il vaut mieux toujours l’envoyer en pièce jointe (même si il se trouve aussi sur votre site). Là, idem, attention aux fautes, à la mise en page, etc.

N’hésitez pas à y énumérer d’éventuels petits boulots que vous avez pu faire, même si ils n’ont pas de rapport avec vos études ; un CV d’étudiant est parfois un peu compliqué à remplir donc ça vous donnera de la matière et en plus, ça prouve que vous savez ce que c’est de travailler dans la vraie vie. Il en va de même pour des actions bénévoles ou des activités pratiquées hors du cadre études.

Dans la case « loisirs », par contre, s’il-vous-plaît, essayez d’être un peu original… Les loisirs type « cinéma », « lecture », « sport », ça ne veut rien dire ! Quel(s) genre(s) de films / de livres ? Vous ne faites que les consommer ou vous écrivez des articles à leur sujet ? Quel(s) sport(s) ? Vous le pratiquez ou vous le regardez à la TV ? C’est ça qui intéresse les potentiels recruteurs.
Cette case est là pour apporter un petit plus à votre personne présentée via le CV, et le but, c’est d’avoir un CV qui, même s’il ne débouche pas sur l’embauche, reste le plus possible gravé dans les mémoires (qui sait, votre prospect n’a peut-être pas de place pour un stagiaire, mais il connaît peut-être quelqu’un qui en cherche un comme vous…) !

Conclusion pour ce paragraphe un peu long : quand vous envoyez une demande de stage / d’alternance, envoyez votre book et votre CV avec (ça marche aussi pour les demandes d’emploi d’ailleurs).

4. La politesse

Quand on demande un stage, on est poli, on dit « Bonjour XXX», « Cordialement », on vouvoie la personne a qui on envoie le mail. Just sayin’. (Me concernant, sinon c’est poubelle direct pour le mail, et ce même si c’est un potentiel client et non un étudiant qui cherche un stage – si si ça arrive…)

5. La logique

Renseignez-vous sur le travail de la personne à qui vous demandez un stage. Exemple : si vous êtes étudiant dans le web, évitez d’envoyer un mail à un graphiste qui ne fait que du print (à moins que ça soit votre stratégie pour vous diversifier, mais alors il faudra bien argumenter) ! Pour un prospect, c’est très désagréable de recevoir une demande qui ne correspond pas à son champs d’activité.

Voilà voilà, je pense avoir fait un tour (non-exhaustif) des bonnes pratiques à l’usage de la recherche de stage. Je me rends compte que ces petits conseils peuvent aussi s’appliquer à la recherche d’un premier job, j’espère qu’ils vous auront été utiles !

Si vous pensez à d’autres conseils, n’hésitez pas à en faire part dans les commentaires :)

-J